Paris Pâté et Gin Bols

Vendredi, 14 mai 2010


La Traversée de la ville
Michel Tremblay
Leméac/ Actes Sud
2008
208 p.

Deuxième volume de la Diaspora des Desrosiers de Michel Tremblay et une impression plus mitigée que pour le premier. A la fin de La Traversée du continent, Rhéauna arrivait à Montréal et retrouvait sa mère qui l'attendait avec „une surprise“. Au lieu d'enchaîner directement sur l'installation de la petite fille dans sa nouvelle vie et sa découverte de la métropole, Michel Tremblay a préféré, grand bien lui en a pris, opter dans La Traversée de la ville pour un mélange d'ellipses et de flashbacks. Le roman s'ouvre sur un prélude racontant le départ précipité de Maria – la mère – de Providence dans le Rhode Island pour Montréal, environ un an avant que Rhéauna vienne la rejoindre. Contrairement au voyage de sa fille qui nous avait été conté dans les moindres détails, l'odyssée ferroviaire de Maria à travers la Nouvelle Angleterre est à peine esquissée, reprise furtive du thème du premier volet de la saga. Le reste du roman, intitulé „Deux fugues“, alterne ensuite le récit de l'installation de Maria au Québec, ses retrouvailles avec son frère, Ernest, et ses soeurs, Tititte et Teena, qu'elle n'avait pas revus depuis douze ans, et celui de la tentative désespérée de Rhéauna de quitter Montréal, traversant la ville à pied, moins d'un an après son arrivée.

Mouvements croisés de ces deux générations qui ont tant en commun – la complicité entre les soeurs, l'unique frère en marge de cet univers féminin, les séparations, les rêves et les désillusions –, parler coloré, destins tragiques, secrets trop longtemps gardés et enfin révélés, nous sommes bien chez Michel Tremblay, pas de doute là-dessus. Cependant si la structure narrative m'a convaincue, j'ai trouvé le tout un peu plus fade que dans La Traversée du continent. Ce n'est pas mauvais, loin de là, et ça se lit très bien, mais il manque quelque chose. Peut-être cela est-il tout simplement dû au fait que bien qu'ayant des personnalités très affirmées, les soeurs Desrosiers ne constituent pas un groupe de personnages aussi hétérogène que les tantes et la cousine de Rhéauna dans le volume précédent. Peut-être aussi cela est-il tout simplement dû au fait que La Traversée de la ville est le récit des désillusions et des compromis, ne permettant pas la même flamboyance ni le même optimisme que La Traversée du continent dans lequel régnait une atmosphère d'aventure et de découverte.

Malgré ce bémol je tiens à exprimer mon admiration quant aux révélations sur le mariage de la tante Tititte: enfin quelqu'un, un homme de surcroît, qui ose dire que cela existe! Qui ose dire que parfois la vie se contrefout totalement des stéréotypes et va à l'encontre de ce qui semble être la norme. Et que ça ne sert à rien de le nier. Pour ça je dis : Merci, Michel Tremblay ! Et à vous qui vous demandez quelle mouche me pique, tout à coup, et de quoi je parle, je dis : plongez-vous dans la Diaspora des Desrosiers !

La Traversée de la ville paraît chez Leméac/Actes Sud et le troisième et dernier volet de la saga, La Traversée des sentiments, sortira en France en juin.

L'avis enthousiaste d'In Cold Blog.




Rétroliens


Rétrolien spécifique pour ce billet
    Pas de rétroliens

Commentaires


    #1 In Cold Blog sur 05/15/10 à 08:03
    La suite (et fin?) dans quelques semaines...
    #1.1 Niessu sur 05/15/10 à 08:22
    Oui, enfin je crois que je vais attendre un peu avant de l'acheter (pas trop de sous), à moins d'arriver à obtenir un service de presse (mais à l'étranger je doute que ça marche). Tu le liras sûrement avant moi ;-).
    #2 Ys sur 05/15/10 à 08:38
    C'est un auteur dont j'ignorais totalement l'existence avant de fréquenter la blogosphère littéraire. Je ne l'ai pas encore découvert dans le texte, mais ça viendra.
    #2.1 Niessu sur 05/15/10 à 08:48
    Maintenant que tu le dis, je serais bien incapable de dire quand j'ai entendu parler de lui pour la première fois... ah si, ça me revient, c'était pendant un cours à la fac, genre un an avant d'ouvrir le blog. Mais je n'ai commencé à le lire que récemment. Certains commencent par son théâtre, d'autres par ses romans et récits, apparemment toutes les approches sont bonnes pour le découvrir ;-).

Ajouter un commentaire

Marquer un texte en gras: *mot*, souligner un texte: _mot_.
Les smilies standard comme :-) et ;-) sont convertis en images.

Pour éviter le spam par des robits automatisés (spambots), merci d'entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessous dans le champ de fomulaire prévu à cet effet. Assurez-vous que votre navigateur gère et accepte les cookies, sinon votre commentaire ne pourra pas être enregistré.
CAPTCHA