On peut toujours rêver, non?

Sunday, June 10. 2007


Hier j'ai publié un billet en suédois sur Drömfakulteten (à traduire par „La faculté des rêves“) de Sara Stridsberg et aujourd'hui j'aimerais vous le présenter en français. L'ouvrage n'est malheureusement pas encore traduit mais j'espère bien qu'il le sera rapidement, d'autant plus qu'il a reçu le prix de littérature du Conseil Nordique 2007 (prix prestigieux, même si pas toujours garant d'un succès commercial immédiat, pas comme le Goncourt quoi...). Pour ma part je le verrais bien paraître chez Actes Sud ou peut-être Gaïa, mais bon ce n'est là que pure spéculation (si quelqu'un a des infos à ce sujet...).

Le livre donc! Il s'agit d'un roman se présentant comme une biographie fictive et fantaisiste de Valerie Solanas (1936-1988), féministe radicale et écrivaine américaine (SCUM-manifeste, SCUM = Society for Cutting Up Men) qui tenta d'assassiner Andy Warhol en 1968. La narratrice, qui se dévoile comme narrateur en train de raconter et comme écrivain en train de concevoir son oeuvre, suit Valerie à travers les différentes étapes marquantes de sa vie: enfance dans le désert, adolescence vagabonde en Floride, études de psycho à l'Université du Maryland, temps passé dans l'entourage d'Andy Warhol à New York, procès, séjour à l'hôpital pychiatrique, derniers jours de sa vie dans un hôtel sordide de San Fransisco.

Rien donc d'une petite histoire gentillette et pétrie de bons sentiments (j'ai oublié de mentionner la violence, la prostitution, la drogue...). En même temps ce roman ne m'a pas dégoûtée une seconde et c'est certaiement dû à sa structure très particulière et surtout au style phénoménal de Sara Stridsberg. L'histoire n'est en effet pas racontée de façon linéaire et chronologique mais plus ou moins dans le désordre (heureusement chaque passage est précédé d'une indication de lieu et d'une date), ce qui évite chez le lecteur une sensation d'accumulation continue et inéxorable de la violence. Ces passages sont en outre de plusieurs types: certains sont en prose „simple“, la narratrice s'adressant à Valerie, d'autres prennent la forme de mini-pièces de théâtre et l'on trouve aussi des espèces de listes de phrases et de mots (A truc chose, B machin bidule...).
Quant au style... Sara Stridsberg écrit dans une langue étonnante! Elle arrive à être à la fois poétique et vulgaire, provocante et calmante, drôle et tragique. Quel que soit le registre adopté elle reste toujours énergique et puissante et l'on sent qu'un vrai souffle traverse le texte. Ses phrases sont rythmées et entêtantes et par moments elle mélange l'anglais (j'espère que ce sera respecté à la traduction;)) et le suédois, ce qui donne un effet encore plus dynamique.

Je pense que vous aurez compris que j'ai adoré ce roman pour le moins innovant (des baffes stylistiques comme celle-là j'en veux bien tous les jours). J'espère qu'il pourra trouver son public dans le monde francophone aussi (enfin s'il est traduit...), bien que je me doute qu'il ne sera pas du goût de tous ;-).





Trackbacks


Trackback specific URI for this entry
    No Trackbacks

Comments


    #1 Skuld on 12/05/07 at 02:00 PM
    J'ai lu un extrait de ce livre, et je dois dire que son style m'a donné du mal, même si l'aspect biographie romancée d'une féministe m'avait intéressée. A retenter plus tard.
    #1.1 Niessu on 12/05/07 at 04:58 PM
    Du mal d'un point de vue linguistique? Ca avait fait ca un peu à tout le monde au colloque et je me suis vite rendu compte qu'en acceptant de se laisser malmener sur peut-etre 10 ou 20 pages on finissait par retomber sur ses pieds. C'est un de ces livres dans lesquels il faut d'abord couler avant de pouvoir les apprécier :-).
    #2 Skuld on 06/20/09 at 09:43 PM
    Hmm, je crois que je vais quand même tenter de le lire prochainement.
    Une bonne nouvelle : le livre devrait paraître en français au mois d'octobre ( je dis bien "devrait" ), traduit par J-B Coursaud, chez Stock, mais chut ! je vous ai rien dit ;-)
    Bonne lecture

Add Comment

Enclosing asterisks marks text as bold (*word*), underscore are made via _word_.
Standard emoticons like :-) and ;-) are converted to images.

To prevent automated Bots from commentspamming, please enter the string you see in the image below in the appropriate input box. Your comment will only be submitted if the strings match. Please ensure that your browser supports and accepts cookies, or your comment cannot be verified correctly.
CAPTCHA