Operation Clear Backlog: Episode 3

Dimanche, 30 mai 2010

Nota Bene: BiLLet MULtilinGUE / mulTILINgual PoST / MEHRsprachIGER EinTRag / FlerSPRÅkigt inlÄgG


The operation Clear Backlog continues, yes, yes, and this third episode shall reveal, like the first, works of mixed quality, origin and topic.

Hermann Hesse: Demian

Demian
Hermann Hesse
Suhrkamp 2007 (1919)
155 S.
Achtung: Kitsch sondergleichen! Soviel Dusseligkeit dürfte nicht erlaubt sein. Hesse schrieb Demian in drei Wochen während des ersten Weltkrieges, und das merkt man. Der Text enthält zu viel Unnötiges samt einer gehörigen Portion Pathos, und stützt sich zu sehr auf den Gedanken, dass die mehrfache Wiederholung eines Statements allein von seiner Wichtigkeit überzeugen kann.

Demian erzählt vom Werdegang des jungen Emil Sinclair, Sohn einer bürgerlichen Familie, der in einer so klar schwarzweiß definierten Welt lebt, dass man ihm schnell ein einfaches Gemüt unterstellt. Seine Welt gerät allerdings ins Wanken, als er sich durch (jugendlichen) Leichtsinn den lokalen bösen Jungen zu sehr nähert und von der Titelfigur Demian aus seiner zunehmend heiklen Lage gerettet wird. Die Zeit vergeht und Emils Freundschaft zu Demian, dem sonderbaren Jungen, der so viel Geheimnisvolles weiß, wächst, wozu sich auch leidenschaftliche Gefühle für Demians Mutter Eva gesellen. Viele Fehler, Exzesse, existentielle Fragen und esoterische Versuche später ziehen Emil und Demian in den Krieg, der zur endgültigen Trennung der beiden führt und das Ende von Emils Selbstfindung markiert.

So viel flache, klischeehafte Esoterik habe ich selten gelesen und schon gar nicht von Hesse erwartet, der mit dem freilich mehrere Jahre nach Demian erschienenen Roman Der Steppenwolf bewiesen hat, dass er es besser kann. Demian fehlt die Stringenz, die Kraft, die Subtilität und die Ironie des Steppenwolfs, wobei Letzteres vermutlich das Hauptproblem darstellt: Alles ist in Demian furchtbar ernst gemeint! Und wenn das Kitschigste und Lächerlichste so ernst gemeint ist, tut es nur noch weh – besonders der erste Teil, als Emils Welt noch unversehrt ist, hat mich Einiges an Überwindung gekostet. Und doch hätte ich mich von diesem Bericht einer Jugend angesprochen fühlen sollen, deren Bedürfnis nach Individualität mit dem Streben der Gesellschaft nach Gleichförmigkeit kollidiert. Ich habe ihn zwar im Rahmen einer Prüfung gelesen, habe ihn aber freiwillig ausgewählt und war ursprünglich sehr neugierig auf diese Erzählung, an den sich Mamiya Okis Manga Das Demian-Syndrom (Yaoi, Yaoi ;-)) anlehnt. Und es sind tatsächlich der homoerotische Subtext der Freundschaft zwischen Emil und Demian sowie das Spiel mit den Grenzen zwischen männlich und weiblich, die beide in der finalen Kussszene kulminieren, die mich am Ehesten interessiert haben. Aber den ganzen Rest hätte ich mir wirklich sparen können. Und wer Lust auf geheime Glaubensgemeinschaften, wirre Träume und Abenteuer mit Stil hat sollte lieber Corto Maltese lesen.

Demian erscheint bei Suhrkamp.


On va faire court, j'ai la flemme de traduire ma critique allemande en français : Demian, c'est nul et complètement kitsch (non vraiment j'ai souffert en le lisant). Rarement lu autant d'ésotérisme à deux balles. Pas la peine de perdre votre temps avec ce récit d'une jeunesse contrariée pas convaincant, plein de pathos et dénué de recul ou d'ironie (écrit en trois semaines et ça se sent). Allez donc plutôt lire directement Le Loup des steppes, c'est autrement plus réussi et complexe. Ou alors, si vous voulez lire de chouettes histoires d'organisations secrètes ésotériques, pleines d'onirisme et d'aventure, allez donc voir du côté de chez Corto Maltese.

Demian est publié chez Stock et Le Livre de poche.


PC Jersild: En levande själ

En levande själ
PC Jersild
Bonniers 2007 (1980)
266 s.
Ypsilon heter en naken hjärn som simmer i ett akvarium i något laboratorium. Den vet inte vem den är, har glömt allt som hände innan den blev reducerat till en hjärn med bara ett öga (för input) och båda öron (som stabilisatorer) kvar. Den är fångad där och berättar om sin historia medan den experimentas på: om hur den blir kär i laboranten Emma, om sitt äventyrliga flyktförsök och om det som den får ta reda på om experimentet och dess ledare.

En levande själ är en underbar SF roman som kritiserar medecinens utveckling till en ren rationalistisk vetenskap helt utan etik som blir slav under marknadens princip av alltid mer, alltid snabbare. Den visar med mycket humor hur absurd denna absoluta rationalism är som försöker att förvandla människorna i automatiska maskiner utan själ eller känslor (på det sättet som Descartes betraktade djur). Romanen avsluter på hemskt vis men även om ämnet är allvarligt och tragiskt, så får jag säga att Ypsilons berättande är hur komiskt som helst med dess naiva-optimistiska synpunkt. En levande själ kan varmt rekommenderas!

En levande själ publiceras av Albert Bonniers.


Ypsilon, ainsi s'appelle un cerveau nageant dans un aquarium quelque part dans un laboratoire indéterminé. Il ne sait pas qui il est ni ne se souvient de ce qui s'est passé avant qu'il ne soit réduit à l'état de cerveau auquel ne restent attachés qu'un œil (input) et les deux oreilles faisant office de stabilisateurs. Prisonnier de cet état, il nous raconte son histoire pendant qu'on lui fait subir des expériences : comment il tombe amoureux d'Emma la laborantine, sa tentative d'évasion rocambolesque et ce qu'il a réussi à découvrir au sujet de l'expérience et de celui qui la conduit.

Mon âme dans un bocal est un formidable roman de science fiction critiquant l'évolution de la médecine vers une science purement rationnaliste, dépourvue d'éthique et devenant l'esclave des lois du marché exigeant toujours plus, toujours plus vite. Il montre avec beaucoup d'humour toute l'absurdité de ce rationalisme absolu cherchant à transformer les humains en des machines automatiques sans âme ni émotions (en gros selon le principe des animaux-machines de Descartes). Le roman s'achève sur une note particulièrement amère mais, même si le sujet est en soi sérieux et tragique, il faut bien reconnaître que le point de vue naïf et optimiste d'Ypsilon est délicieusement comique. Un roman que je vous recommande chaudement !

Mon âme dans un bocal est publié chez Actes Sud.


Jack Kerouac: The Subterraneans

The Subterraneans
Jack Kerouac
Penguin Books 2001 (1958)
163 p.
You don't read Kerouac for the story, in this case a lovestory: they're both a bit mad, want each other, but being that involved with another human being can be scary, so it has to stop. You read him for his style. And it's not one made for being read hours on end. Kerouac's spontaneous prose, a kind of stream of consciousness on drugs, is extremely powerful and overwhelming. So much so that after a while you'll begin to feel dizzy and nauseous because the ride is too wild for your brain. You'll feel atmospheres gush into you, see characters dance in and out of view, ideas will coil around your neck and tighten slowly. But eventually you'll have to breathe and put the book aside. It's too much. And, being more akin to poetry than standard prose, it should be read aloud rather than be left to spin silently in your mind. Judge for yourself:

„And so having had the essence of her love now I erect big word constructions and thereby betray it really – telling tales of every gossip sheet the washline of the world – and hers, ours, in all the two months of our love (I thought) only once-washed as she being a lonely subterranean spent mooningdays and would go to the laundry with them but suddenly it's dank late afternoon and too late and the sheets are grey, lovely to me – because soft. – But I cannot in this confession betray the innermosts, the thighs, what the thighs contain – and yet why write? – the thighs contain the essence – yet tho there I should stay and from there I came and'll eventually return, still I have to rush off and construct construct – for nothing – for Baudelaire poems –“ (p.16)

The Subterraneans is published by Penguin Books.




Operation Clear Backlog: Episode 1

Mercredi, 31 mars 2010


Nota Bene: BiLLet MULtilinGUE / mulTILINgual PoST / MEHRsprachIGER EinTRag / FlerSPRÅkigt inlÄgG



And yet another month of virtual non-activity on this blog... I've been doing other things, been tired, been blocked... the mere thought of all those unwritten reviews is depressing me. In an attempt at overcoming these difficulties I've decided to try a new method: instead of writing long reviews as I usually do, I'm going to settle for a shorter form until I've cleared my backlog. Composing very analytical and detailed pieces isn't that much of a challenge for me (at least when I feel like it), it's what I'm trained to do, neither is saying in a sentence or two if a book was appalling, great or boring, but keeping it brief AND being satisfied with the result definitely is.
This new treatment doesn't have anything to do with the quality of the books I shall speak of, which form a mixed bag of „must read“, „well, if you must“ and „don't bother spending your money and time on that crap“. For more neutrality I shall procede alphabetically.



Bâ, Mariama Une si longue lettre :

Une si longue lettre
Mariama Bâ
Le Serpent à Plumes 2001
(Les Nouvelles Editions Africaines du Sénégal 1979)
165 p.
Dans le Sénégal des années 70 une femme qui vient de perdre son mari écrit, durant la réclusion marquant le début de son veuvage, une longue lettre à son amie expatriée aux Etats-Unis dans laquelle elle lui raconte sa vie et ses réflexions sur la société sénégalaise. Une si longue lettre a valeur de classique moderne des lettres africaines parce qu'il décrit sans détours la condition des femmes sénégalaises à cette époque. D'aucuns croient d'ailleurs pouvoir y déceler l'essence même de la condition féminine africaine, qui n'aurait pas évolué du tout depuis la parution de ce roman. A cela je réponds : „Et puis quoi encore ?! Comme si l'Afrique était un continent homogène et la femme africaine – rien que d'entendre parler de LA femme africaine m'horripile – un archétype voué éternellement à la soumission et la stagnation.“ Ce roman est donc à considérer pour ce qu'il est, le document fictionnel d'une époque et d'une société précises. Je dois en outre admettre ne pas y avoir trouvé la description d'une société patriarcale manichéenne dans laquelle les femmes seraient toutes soumises et les hommes auraient tous les pouvoirs. Car si les hommes ont, dans une certaine mesure, plus de libertés que les femmes, celles-ci sont les piliers du système. Bien sûr, les filles et les jeunes femmes n'ont pas forcément un rôle enviable. Cependant les femmes d'âge mûr, mères, belles-mères, tantes, belles-soeurs exercent elles un pouvoir considérable. Les agents actifs dans la destinée des jeunes femmes présentées dans ce roman sont, davantage que les hommes, ces femmes déjà établies qui contraignent jeunes femmes (et jeunes hommes) à des unions qui ne leur conviennent pas, vengeant peut-être ainsi leur propre vie gâchée ou du moins assurant avec ardeur la continuité de la tradition. Les hommes quant à eux, lâches, veules, inconscients sont moins des dictateurs que des trouillards qui n'osent s'opposer à la volonté de leur mère ou de celle de la future seconde épouse. Les torts me semblent – dans ce roman en tout cas – assez équitablement partagés entre les deux sexes et même la narratrice exprime plus un certain agacement qu'un réel sentiment de rébellion. Le véritable rapport de force se situe finalement moins entre hommes et femmes qu'entre l'individu, de quelque sexe qu'il soit, et sa famille qui ne lui laisse pas le choix de sa destinée ainsi qu'entre les familles qui forment la communauté. L'un des aspects de ces constructions sociales les plus importants et les plus critiqués par Mariama Bâ est sans doute le cadeau fait non par simple plaisir d'offrir mais par calcul et pour des raisons de prestige et se présentant souvent sous forme d'argent liquide, au point qu'il en devient un instrument économique et politique (donc la conception d'origine du cadeau) de taille et fausse complètement les relations familiales.
Bien qu'intéressant et pas mal écrit – disons surtout que cela se lit très facilement, le style en soi n'a rien de particulier –, Une si longue lettre n'en est malheureusement pas pour autant l'écrit révolutionnaire et fort auquel je m'attendais.

Une si longue lettre est paru au Serpent à plumes dans la collection Motifs.



Burman, Carina Vit som marmor:

Vit som marmor: ett romerskt mysterium
Carina Burman
Albert Bonniers 2006
340 s.
Jag tyckte att jag kunde ge Carina Burmans historiska deckare om amatördetektiven Euthanasia Bondeson en chans även om jag inte är en stor deckareläsare. Idéen av en skrivande, ogift medelålders kvinna som jagar en mördare i 1850-talets arkeologi-besatta Rom med dess internationella konstnärkoloni hade charm (den första boken i serien, Babylons gator, var tillfälligt slut när jag ville beställa den så blev det den andra, Vit som marmor, i stället). Men den fungerar tyvärr inte. Jag slöt läsa romanen efter en tredjedel, så ointressant den var: 100 sidor av de vanligsta och värsta klichéerna om Italien och konstnärerna (de bara målar/skriver/skulpterar, dricker rött vin och äter ost), ingen handling, ingen spänning, ingen stil, ingen humor och en jobbig och suffisant hjältinna. Ingen anledning för mig att läsa vidare.

Vit som marmor publiceras av Albert Bonniers.

Comme je l'avais déjà mentionné ici, Vit som marmor (Blanc comme marbre, à ma connaissance non traduit en français) de Carina Burman fut une fort mauvaise pioche : plat, sans humour ni style ni suspense, truffé des clichés les plus communs sur les artistes et l'Italie... non vraiment aucun intérêt, d'ailleurs je l'ai lâché au tiers. Et là, vous vous dites à raison, chers lecteurs, „t'es bien gentille ma poule, m'enfin de quoi ça parle ce bouquin ?“ Donc, au cas où il serait un jour traduit en français – vus l'engouement actuel pour les polars scandinaves et la notoriété dont jouit Carina Burman en Suède, je n'excluerais pas cette possibilité – et parce qu'il y a sûrement parmi vous de fervents amateurs d'enquêtes de détective, sachez que Vit som marmor est le deuxième volet (le premier étant épuisé j'ai dû me rabattre sur celui-là) des aventures de l'écrivaine à succès Euthanasia Bondeson, vieille fille imbue de sa personne, très madame-je-sais-tout (sans pour autant être franchement impressionnante intellectuellement) et détective amateure. L'action se passe en 1852 à Rome dans le milieu des colonies d'artistes et autres férus d'archéologie. Il y aura forcément un meurtre, enfin du moins si l'on en croit la quatrième de couverture, parce que pendant le premier tiers du livre nous n'avons droit qu'à une série de séances de contemplation de statues antiques, de repas invariablement composés de fromage et de vin et de réflexions d'une platitude consternante sur la mise et les manières de la jeune dame de compagnie d'Euthanasia, Agnes, et sur les amourettes de quelques artistes-touristes. Ce regard condescendant, cette héroïne se voulant libérale mais en fin de compte assez coincée sont d'autant plus désagréables que la narration est à la première personne, donc sans le moindre moment de répit !
Une grosse déception, le sujet, le personnage principal – ce nom ! –, en théorie ce roman avait de quoi me plaire, mais non.



Cărtărescu, Mircea Warum wir die Frauen lieben:

Warum wir die Frauen lieben
Mircea Cărtărescu
Aus dem Rumänischen von Ernest Wichner
Suhrkamp 2008
(rum. Orig. 2004/2006)
173 S.
And now for something completely different: Warum wir die Frauen lieben ist eine Sammlung von Kurzgeschichten, die größtenteils in der rumänischen Ausgabe von Elle erschienen. Wer jetzt denkt, es könne sich demzufolge nicht um anspruchsvolle, lesenswerte Literatur handeln, macht einen gewaltigen, wenn auch nachvollziehbaren, Fehler. Denn Cărtărescu ist ein großer Autor, der besonders für seine dreibändige Autobiographie und Porträt Rumäniens unter der Diktatur, Orbitór, bekannt ist, deren erster Teil auf deutsch unter dem Titel Die Wissenden erschienen ist. Und er versteht es wie kein Anderer, den Frauen, die er geliebt hat, in diesen kurzen Stücken mit beeindruckender Sprach- und Bildgewalt zu huldigen. Kleine Welten evoziert er mit seiner poetischen Sprache und große Visionen, mal bittersüß, mal zynisch, mal skurril und grotesk und oft von Träumen und traumähnlichen Zuständen durchdrungen. Bei ihm können Ohren „ultrastolz“ sein (S. 77) und die großen Namen der Weltliteratur werden so oft erwähnt wie die Namen seiner Verflossenen: „Als ich D. kennenlernte (in einer meiner Geschichten habe ich sie Gina genannt), hielt ich mich für eine Art Superchampion im Träumen. Ich richtete mir jede Nacht wie eine Box-Gala ein, bei der ich meinen diamantenbesetzten Gürtel gegen sämtliche Challenger verteidigte. Ich hatte, so meinte ich, Mandiarques, Jean Paul, Hoffmann, Tieck, Nerval und Novalis durch K.o. besiegt, Kafka nach Punkten, und Dimov hatte (in der sechzehnten Runde) aufgegeben.“ (S. 14)
Literarisches Boxen: großartige Idee!

Warum wir die Frauen lieben erscheint bei Suhrkamp.

And now for something completely different: Pourquoi nous aimons les femmes est un recueil de nouvelles parues pour la plupart à l'origine dans l'édition roumaine de Elle. Si vous en déduisez que cela ne doit pas voler bien haut, vous faites là une grossière erreur (mais tout à fait compréhensible). En effet, Cărtărescu est un grand auteur, connu principalement pour son autobiographie en trois volumes et portrait de la Roumanie sous la dictature, Orbitór, publiée en français chez Denoël (Orbitor, L'Œil en feu et L'Aile tatouée). Et il sait, mieux que tout autre, rendre hommage aux femmes qu'il a aimées grâce à l'impressionnante puissance évocatrice de sa langue. De petits mondes et de grandes visions naissent sous sa plume, tantôt doux-amers, tantôt cyniques ou étranges et grotesques, souvent emprunts d'onirisme. Loin d'être uniquement une déclaration d'amour aux femmes c'est aussi une déclaration d'amour (et parfois de guerre) à la littérature, Borges, Kafka, Nabokov, Dostoïevski et bien d'autres attendant le lecteur au détour de chaque page. J'aurais bien voulu partager un extrait avec vous, chers lecteurs, mais comme je ne possède pas la traduction française de ce volume, je ne puis malheureusement le faire (au fait, la traductrice française de Cărtărescu, Laure Hinckel, tient un blog). Quoiqu'il en soit, je vous le recommande vivement.

Pourquoi nous aimons les femmes est paru chez Denoël.



SkyPoint
Phil Ford
BBC Books 2008
256 p.

Once again defying the laws of chronology, I find myself reviewing Phil Ford's SkyPoint, read this weekend, before Almost Perfect and Beautiful Chaos, the two other Torchwood/Doctor Who novels I got from Karine as part of the Doctor Swap and swallowed instantly, back in December. Oh well, what fun would life be without a bit of challenge and creative chaos?

SkyPoint is the name of a brand new and exclusive apartment block in Cardiff Bay, in which Rhys would very much like to live. Unfortunately, the place has two major drawbacks, apart from being quite expensive, as revealed right away during Gwen's and Rhys's visit: first, there lives Besnik Lucca, an archcriminal against whom the police, to Gwen's dismay, has never been able to prove anything; second, sudden disappearances out of closed, windowless rooms seem to be quite a trendy activity in this part of Cardiff... how strange! To investigate the matter more closely, Toshiko and Owen move in together, pretending to be happy newlyweds, and discover that walls not only have ears but also a huge appetite...

So, where shall I start the massacre... 'cause this one was, unlike The Twilight Streets and, to a lesser extent, Almost Perfect, quite a bad one. The plot became too obvious way too soon while the Torchwood team struck me as particularly slow on the uptake on this one and it can't exactly be praised for its originality as it drew heavily on those of some Torchwood episodes (Owen's death all over again). It also suffered from minor continuity errors – the alien lock-opening device – or at least inconsistancies – the pestilence of decomposing human organic matter in the ventilation ducting is bound to cause inconvenience to the whole building, right? Well, apparently, no – as well as from a lot of redundancies. Despite the fact that the action of SkyPoint has to be taking place between Something Borrowed (S2 E9) and Out of the Rain (S2 E10), the novel shows disturbing overlapses with Fragments (S2 E12): Either you haven't seen Fragments before reading the book and thus the episode will be somewhat spoiled for you or you read it afterwards and will find these passages quite superfluous. Even more so as some of them (mainly Owen's and Toshiko's pasts, as those are the characters most explored in this book) are mentioned several times. Sadly, redundant is also one of the terms that describe Phil Ford's style best – alongside naive and formulaic. For example the Torchwood team seems to have a lot of trouble „getting used to“ things, be it marriage, death or lack thereof, sometimes even twice or thrice a page. And it was as annoying as Bella's incessant bouts of „Oh my god, oh my god, Edward, I still can't believe that you're mine, and so beautiful, and so perfect, and so cold, and so made of marble!“ (on a partly related note: the beginning of Breaking Dawn was so dreadful that I couldn't got past p. 94), though without the excuse of Gwen, Jack, Owen, Toshiko and Ianto being still stuck in the throes of teenage angst. Actually, all the psychological descriptions had something Stephenie Meyeresque and immature to them, which did flaw the interaction between Owen and Toshiko that I was so looking forward to. Had Phil Ford shown the same talent for humour as in Something Borrowed, the hilarious Torchwood episode he wrote, it wouldn't have been that bad. Unfortunately, he didn't: The book almost completely lacks good dialogue and the few attempts at being funny don't really work, being neither subtle nor outrageous, but simply flat.

On the upside – yes, I do have a few positive aspects to point out – the story was, apart from the aforementioned repetitions, rather fast-paced (and you keep reading because it's Torchwood, after all). And although I had understood what was actually going on in SkyPoint long before the showdown, I found the let's-use-Torchwood-the-super-team-as-a-security-system-tester idea in the second half of the book quite entertaining, the best part of it being probably Owen's extensive tribute to MacGyver.

Thanks again, dear Karine, for sending me SkyPoint and please don't be upset about me not liking it as much as I would have wanted to (I would have bought it anyway, if I hadn't got it through the Doctor Swap ;-)).

Phil Ford's SkyPoint is published by BBC Books.







La Vieille Anglaise et le continent
Jeanne-A Debats
Griffe d'Encre 2008
80 p.

COUAC! Voilà le bruit que ce billet risque de produire parmi le concert de louanges qu'a reçu La Vieille Anglaise et le continent de Jeanne-A Debats. Je ne compte en effet point vous cacher que j'ai été franchement déçue par cette novella de science-fiction de prime abord pourtant tentante. Mais avant toute chose un petit résumé s'impose.

SPOILER MODE OFF:

Ann Kelvin, scientifique intraitable et écologiste sans scrupules, se meurt d'un cancer et accepte, tant pour survivre encore un peu que par conviction, la mission que son ancien étudiant et amant, Marc Sénac, lui propose: abandonner son corps humain pour investir celui d'un cachalot (mâle) au moyen de la transmnèse, greffe partielle de cerveau et d'esprit plus ou moins expérimentale. But de ce transfert: rien moins que de tenter de sauver, coûte que coûte, les cétacés.

Commençons, voulez-vous, par les choses simples. Ça se lit plutôt bien, sans pour autant casser des briques stylistiques. L'écriture est certes assez fluide mais aussi bavarde et terre à terre, les dialogues surtout, et ce texte est beaucoup trop court pour son sujet! Plus j'y pense et plus je me dis qu'il s'arrête là où l'histoire, abstraction faite des problèmes que je soulèverai plus tard, aurait pu devenir intéressante, c'est-à-dire au moment où la question des conséquences des actes décrits aurait dû être posée. Autrement dit, je suis d'avis qu'il y avait là une base intéressante pour un roman, mais il aurait fallu pousser la réflexion beaucoup loin voire même en fait, car c'est bien là un point de critique majeur, enrichir ce récit, quelle que soit sa longueur, d'une véritable réflexion. J'en entends déjà certains me dirent que si, si il y a une réflexion dans ce texte puisque qu'il véhicule un message écologique: arrêtons la chasse à la baleine et si aucune forme de persuasion douce ne fonctionne, allons-y pour les méthodes radicales. Sauf que ça ce n'est pas de la réflexion, c'est du message écologique basique, entendu des centaines de fois. Et montrer des écologistes en action pour faire passer l'info n'est pas franchement d'une grande originalité ni d'une grande subtilité. Autant aller regarder une vidéo de Greenpeace ou du Commandant Cousteau. Une vraie réflexion et aussi un vrai travail de science-fiction auraient consisté selon moi par ex. en l'imagination d'un monde post-cétacés avec tout ce que cela impliquerait pour la chaîne alimentaire, les biotopes marins etc, ou alors en un questionnement des méthodes des écologistes (telles que présentées dans cette novella).

SPOILER MODE ON:

Ou alors carrément en un mélange des deux: un monde dont les cétacés auraient disparu à la suite de complications imprévues dues au traitement administré par les écologistes et censé les sauver – l'ironie du sort, quoi. Ça, ce serait de la science-fiction intéressante. Non parce que franchement le coup d'inoculer les cétacés de toute nageoire avec un virus bénin pour eux afin de les rendre impropes à la consommation humaine et ce au risque d'intoxiquer gravement quelques humains au passage est une catastrophe – ridicule – programmée: certains animaux supportent si mal le virus qu'ils finissent par s'échouer et mourir? Ah ben oui, on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs. Tant d'un point de vue éthique que scientifique, c'est la Schnapsidee – comprenez "idée foireuse" - de l'année. Bien sûr, il s'agit là d'une idée réalisable scientifiquement, aucun problème de ce côté-là, et qui a déjà servi, même si à des fins bien différentes, à savoir le contrôle, autrement dit la destruction partielle, de certaines populations animales devenues problématiques: les lapins en Australie, anyone?

Et je suis tout à fait prête à croire qu'il y a des écologistes et scientifiques aveugles capables de tenter ce genre d'expérience, surtout que Marc Sénac & co sont en plus particulièrement naïfs et crédules: ils ne cherchent même pas à savoir qui finance réellement leurs recherches coûteuses mais oh combien profitables et détournables sur la transmnèse et se montrent horrifiés par les intentions peu louables – mais tellement humaines et prévisibles – de leurs puissants mécènes... oh mon dieu, mon dieu, qu'avons-nous fait là? Je veux bien aussi croire que dans une telle situation ces scientifiques ne se remettraient pas vraiment en cause et chercheraient surtout à sauver leur peau et puis peut-être aussi effectivement à se racheter un peu de bonne conscience en essayant de démasquer les gros vilains sans foi ni loi sacrifiant des humains de "second rang" à la pelle - "le scandale est si énorme qu'il éclipse notre petit scandale" dixit Marc (p. 69). Par contre j'ai du mal à imaginer qu'une poignée de scientifiques et d'activistes arrive effectivement à démanteler un tel trafic et surtout en si peu de temps. Soyons réalistes: à partir du moment où une technologie telle que celle de la transmnèse, permettant à qui a les moyens de transférer son esprit dans un corps jugé plus adéquat (jeune, beau, blanc... you name it), est disponible, vous pouvez être sûrs que tous les puissants ou presque la défendront – officiellement ou officieusement, cela ne change rien -, même après un scandale. Seule solution pour éviter cela: faire péter la baraque, révolution populaire globale assortie d'une destruction systématique de tous les documents ayant trait à la transmnèse (ce qui est devenu quasiment impossible compte tenu de la rapidité de diffusion des informations; il y aura toujours une copie quelque part) ainsi que de tous les scientifiques ayant travaillé dessus ou ayant la capacité de reconstituer les recherches détruites. Mais ça, ça n'arrivera pas. Et quand bien même, le répit ne durerait pas. Et ce n'est pas dans La Vieille Anglaise et le continent que vous trouverez ce genre de considérations: le scandale a éclaté, Marc a fait ce qu'il avait à faire, maintenant il peut se remettre de ses aventures en milieu radioactif. Et Ann lui manque (et franchement, je me demande bien pourquoi). Et il ne se fait même pas liquider par ceux dont il a provoqué la chute. Fin. Ben voyons.

Seule ironie du sort qui me ferait presque sourire: notre petite bande d'écologistes, humains ou marins, se retrouve en fin de compte plus à tenter de sauver des humains que des cétacés... oui, je souris presque.

Mais il faut bien dire que l'"autre" organisation, celle qui finance les recherches de Marc & co, n'est pas très crédible non plus: balancer les cadavres gênants, lestés et bien emballés, par dessus bord en pleine mer et s'étonner qu'il y en ait qui finissent par remonter à la surface... oh really? On a déjà vu plus efficace comme méthode: incinération et broyage des os restants par ex. Je leur accorderai tout de même qu'ils ne pouvaient pas prévoir l'intervention de Superbaleine. Et justement, quelle coïncidence remarquable que les "autres" se débarrassent de leurs déchets juste à l'endroit où se trouvent nos deux cachalots de choc!

Quant au principe science-fictif sur lequel le récit repose, la transmnèse, je dois dire que je n'ai pas été entièrement convaincue. Sans entrer dans les détails techniques dont la critique est en matière de science-fiction une entreprise délicate je dirai simplement que le texte propose ou trop d'informations ou pas assez. En effet, la simple affirmation de la possibilité de la transmnèse grâce à l'évolution de la science dans le futur blablabla sans trop de détails aurait rendu le phénomène, me semble-t-il, plus crédible et aurait permit de se concentrer plus sur l'intrigue et les implications sociales, politiques etc. de cette technique. C'est souvent comme cela que l'on produit de la bonne soft SF: novum technique clairement fictif, un peu vague mais tout à fait compréhensible + excellente connaissance de la nature humaine. Ici cependant, l'auteure a choisi de s'attarder sur les aspects techniques du novum sans pour autant en dévoiler tous les détails et ce au détriment de la réflexion science-fictive, d'où selon moi une certaine perte de crédibilité.

Mais même en admettant cette technique dans le cadre de ce récit particulier, en la considérant comme un phlebotinum peut-être pas des plus convaincants mais remplissant cependant sa fonction, ils reste de grosses incohérences dans le traitement du rapport corps/esprit/personnalité postulé ici – cf le Transhumain. En effet, si tout ce qui définit une personne se situe exclusivement dans le cerveau comme semble le suggérer le texte (qu'on soit d'accord avec ou pas) et si donc le corps peut devenir interchangeable à volonté, comment se fait-il que d'un coup le corps du cachalot habité par Ann véhicule des souvenirs, certains qui plus est non de l'ordre de l'expérience personnelle de ce spécimen précis mais bien de celui d'une mémoire collective voire culturelle des cachalots, dont Ann prend conscience au moment opportun? Je vois là comme une contradiction...

Je trouve également dommage que la psychologie des cétacés ait été anthropomorphisée au point de tomber dans le ridicule le plus profond. Morceau choisi: 2x2x2, l'autre cachalot dénicheur de cadavres radioactifs, au sujet de l'homosexualité:
"Il [2x2x2] décida en son for intérieur qu'Ann serait une "elle". Après tout ce ne serait pas la première fois qu'un jeune cachalot ferait le choix inverse de celui de la biologie. L'un de ses frères l'avait fait et suivait désormais un groupe familial, aidant les femelles plus grégaires à s'occuper des petits et accordant ou non ses faveurs à d'autres mâles." (p.53)
C'est quoi ça, de la pseudo-tolérance abyssale? Ne t'en fais pas mon petit, tu vas délibérément (!) contre L'Ordre de la Nature mais on t'aime bien quand même... dit le brave tonton cachalot... mais quel monceau d'âneries! L'existence de l'homosexualité étant prouvée chez nombre d'espèces diverses et variées, on pourrait naïvement supposer que quelqu'un mettant en scène une relation ambiguë entre deux cachalots mâles dans son texte rejetterait la théorie homophobe du "choix" homosexuel... mais non. Ce texte n'est décidément pas crédible pour un sous. Il aurait été tellement plus intéressant de créer un langage "cachalot" – et je ne parle pas des clicks en soi mais de leur traduction en français avec par ex. des particularités syntaxiques, sémantiques etc –, d'imaginer la cétacéisation progressive du langage d'Ann... oui, vraiment déçue je suis.

SPOILER MODE OFF:

Au final, une novella sans grand intérêt – aucun sense of wonder –, à l'intrigue très faible et ne m'ayant pas laissé un souvenir impérissable. Je remercie tout de même les éditions Griffe d'Encre de me l'avoir envoyée.

Avis positifs: Chimère, Fashion, Chiffonnette etc.

Avis plus nuancés: Amanda, Biblioblog, SBM.

Avis négatif: Le Transhumain.


Quelques idées de lecture/séries alternatives:

sur le clonage: Kazuo Ishiguro Never let me go
sur les manipulations cérébrales et la mégalomanie scientifique: P.C. Jersild En levande själ (Mon âme dans un bocal, paru chez Actes Sud), satire absurde, grotesque, géniale!
sur les dangers et les dérives de la technologie ainsi que les problèmes de conscience des "protecteurs": Torchwood
sur le transfert de personnalité/esprit: Doctor Who (2005 - 2008) saison 2, épisode 1 "New Earth" et saison 4, épisode 13 "Journey's End".



*Citation tirée d'une scène d'anthologie de la série animée culte Daria (Saison 1, épisode 4: "Très chère fac"):

Daria: "Bon, que ce soit bien clair. Je ne vais pas réécrire tous vos devoirs. Mais je vais vous donner des conseils pour que vous puissiez les réécrire. D'abord, commençons par le titre du livre, y a déjà une faute: ça n'est pas Mody Bick mais Moby Dick. Et en plus c'est un livre qui traite de la chasse à la baleine, pas au requin blanc. Ça, c'était dans Les Dents de la mer, tu dois trop regarder la télévision."
Etudiante décérébrée: "Hanhan. Eh mais tout le monde dit qu'il faut pas toucher aux baleines."
Daria: "C'est pas le sujet."
Etudiante: "D'accord. Et merci."
Daria: "Y a pas de quoi. Bonne chance pour ton doctorat, t'en auras besoin."




Je pensais, en ouvrant ce blog, n'écrire qu'à propos de livres que j'aurais appréciés et, à vrai dire, je vous ai déjà épargné certains billets rageurs ou ennuyés sur des nullités qu'on m'a forcées à lire en cours, mais trop, c'est trop! C'est déjà gonflant de devoir se taper des lectures imposées ne correspondant pas du tout à ses goûts personnels, mais c'est encore plus frustrant de se planter avec un livre que l'on avait pourtant soigneusement sélectionné! Je sais, personne n'est parfait et ce genre de choses nous arrive à tous mais, lorsque les occasions de se fournir en livres français sont rares (2-3 fois par an dans mon cas), le budget à y consacrer limité et la liste des candidats longue, chaque erreur s'accompagne inévitablement d'amertume.
Bon, le livre en question: Les coccinelles de l'Etna de Jean-Marie Gourio (L'Arpenteur, Gallimard). Le titre est sympathique et original, n'est-ce pas? Il met la puce à l'oreille, non? En tous cas, je le trouvais pas mal et je suis donc aller voir le résumé:

Un groupe de touristes est venu en Sicile assister à une éruption de l'Etna. Parmi eux, un Japonais qui, dès le premier dîner pris en commun, fait part de sa décision de se jeter dans le volcan. Leur hôtesse encourage ce projet, reliant la démarche d'Oshiba à celle, exemplaire, d'Empédocle.
C'est à une sorte de passion, aux noces de l'homme et du magma originel que le lecteur est convié, à la célébration d'un sacrifice dont la dame qui l'accompagne serait l'étrange servante.


Chouette alors me dis-je, une histoire originale et décalée à souhait. Tout ça m'attire bien (en plus paru chez L'Arpenteur qui, en général, publie des textes de qualité), je le laisse un temps sur ma liste, puis finis par le commander. Hier soir enfin, je l'ouvre et commence ma lecture. Au début, tout va bien, l'auteur affectionne les phrases courtes, ce qui n'est pas forcément pour me déplaire, mais, au bout de quelques pages, le doute s'installe. Les phrases s'arrêtent prématurément (bien que grammaticalement complètes) et ce qui aurait pu donner une écriture impressionniste finit par devenir asthmatique et se répéter sans cesse. Que des descriptions, pas du tout d'action (ni de dialogues). Le récit est à la troisième personne avec un narrateur qui reste toujours en surface. Tout est plaqué et froid (malgré l'évocation constante de la chaleur et du feu), cherche à faire joli avec force images, métaphores filées et terriblement redondantes, mais il n'y a rien en-dessous. C'est joli mais mort. 130 pages (j'ai jeté l'éponge au bout de 32) de nature morte, garnie en prime d'exotisme niais et conventionnel au possible (pauvre Japon, pauvre Sicile). Malgré tous les détails donnés sur le jardin, la villa, le volcan... aucune ambiance ne s'installe. Le récit a beau être précis, il reste désincarné.

Le détail, cependant, qui a achevé de me monter contre ce livre sont les fautes qu'il contient. Personne n'a relu ce texte ou quoi?! Il y en a pour tous les goûts: fautes de français basiques, accents manquants, erreurs dans le récit (un couple d'Autrichiens de Salzburg devient, quelques pages plus loin, un couple d'Allemands et redevient autrichien en bas de la même page...). Dans mon dico, on appelle ça du foutage de gueule.

Alors voilà, pour toutes ces raisons (il s'agit, bien sûr, d'un avis purement personnel), j'ai trouvé ce livre nul et j'enrage de l'avoir acheté plutôt qu'un autre.

P.S.: Si les histoires bizarres autour des volcans vous intéressent, je vous recommande vivement Pompéi de Maja Lundgren, paru chez Actes Sud (disponible en Babel). Très différent, certes, mais, là au moins, y a de la vie!


(Page 1 de 1 sur 5 billets au total)