Christmas Special

Vendredi, 25 décembre 2009


God Jul, mes petits rennes (mes agneaux ça marche mieux à Pâques, j'y peux rien) ! Oui, je sais, c'est la honte de ne poster en décembre qu'un billet Doctor Swap et un billet de „Joyeux Noël sans Daleks ni chute de Titanic“, mais, que voulez-vous, cela a au moins le mérite de conclure cette année bloguesquement modeste et sporadique de manière cohérente (le premier que j'entends glousser „non sans dèc' !?“ ou „no shit Sherlock !?“ se verra servir en guise de dernier repas l'intégrale des aventures à l'eau de rose des Vikings en traversée intertemporelle (si si) de Sandra Hill – tiens d'ailleurs, Fashion et Mo si vous ne connaissez pas encore, j'ai le vague soupçon que cela pourrait vous amuser... et non, ce n'est pas moi qui lis ça, c'est une histoire compliquée... non vraiment c'est pas moi, moi j'ai hurlé au bout de deux pages (ben oui, esprit scientifique oblige, j'y ai quand même jeté un oeil, après tout, les Vikings c'est mon domaine)). J'espère bien bloguer plus l'an prochain (c'est la quantième fois que je prononce ces voeux pieux ?). Avec l'aide du Doctor et celle du Captain peut-être même que j'y arriverai ;-). D'ailleurs Noël est cette année placé sous leur signe (No shit Sherlock!?), la preuve en images:

La BO de Torchwood, une carte Torchwood fabriquée avec amour et un cutter par le geekus favoritus, Trace Memory, l'intégrale Torchwood et The Undertaker's Gift. Rien que ça.


Allez, amusez-vous, faites-vous péter la panse, décimez vos PAL et pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore Doctor Who ni Torchwood: vous attendez quoi au juste ? :-D



Après des jours (beaucoup de jours) passés à guetter le facteur, à courir lui ouvrir la porte en me réjouissant d'avance – c'est le Tardis, c'est le Tardis ! – pour immédiatement être déçue – et grumpf, encore un colis pour les voisins –, mon colis Doctor Swap est enfin arrivé hier matin en provenance „indirecte“ du Canada... ma swappeuse de choc est donc Karine ! Je dis provenance indirecte car figurez-vous que ce paquet, digne d'un Tardis errant un jour de caprice, a vécu des aventures extraordinaires avant de pouvoir me rejoindre en Allemagne du Nord. Tout débuta ainsi par une erreur de code pays dans le système informatique du bureau de poste canadien. Devinez-donc quelle destination l'ordinateur a attribuée au colis censé rallier l'Allemagne... *gingle débile*... l'Albanie ! Ben oui, parce que ALlemagne/ALbanie c'est quasiment la même chose. Une fois le colis arrivé en Albanie, la poste locale s'est bien rendu compte qu'il y avait un souci mais, au lieu de rediriger l'envoi vers l'Allemagne – après tout, le colis était déjà du bon côté de l'Atlantique –, elle l'a renvoyé au Canada... Heureusement, Karine la Vaillante semble être une célébrité locale à son bureau de poste, ce qui a grandement accéléré et facilité le troisième passage du colis au-dessus de la mer océanique. Cette fois-ci donc, le Tardis avait bien atterri dans le bon pays mais c'était sans compter sur le zèle de la douane allemande (j'exagère un peu pour les besoins de l'histoire, elle ne faisait que son travail) qui l'a retenu cinq jours ! Ce qui, en période de fêtes, est somme toute assez peu mais a suffi à nous faire stresser toutes les deux, Karine et moi (je n'étais pas censée être au courant, bien sûr, mais je l'étais quand même parce que la situation était tellement rocambolesque et les indices quant à l'identité secrète de ma swappeuse nombreux). Karine m'a confié depuis qu'elle s'inquiétait d'avoir par inadvertance glissé quelque chose d'interdit dans le colis, et moi je me voyais déjà obligée d'ouvrir mes paquets à moitié déchirés devant un douanier patibulaire et suspicieux armé de sa calculette et d'expliquer la valeur matérielle des différents items. Parce que c'est ça qui intéresse la douane dans ces cas-là, le paiement potentiel d'une taxe à l'importation. Je fus donc extrêmement soulagée lorsque le facteur sonna hier matin avec, cette fois-ci, un gros colis pour moi ! Sauf que le colis avait visiblement été éventré et rescotché par la douane (au moins, ils utilisent un scotch à leur nom, ce qui balaie toute possibilité d'incertitude). Je priai donc le Docteur Donna que les paquets n'aient pas été trop malmenés... disons que le douanier par les mains duquel le Tardis est passé connaît son boulot: il a massacré le papier cadeau (cf la photo ci-dessous) sans abîmer le contenu du colis.



Mais bon, c'est un détail. L'important après tout, c'est le contenu du paquet que j'ai découvert un grand sourire aux lèvres – Christopher Eccleston n'a qu'à bien se tenir ! – et une expression d'admiration béate et passablement débile sur le visage – mais personne ne m'a vue alors tout va bien ;-). Et là, je dois dire que Karine m'a gâtée plus que de raison, comme vous pouvez le constater par vous-mêmes (je m'excuse de la qualité médiocre des photos: ne possédant pas d'appareil numérique j'ai dû les prendre avec ma webcam):



L'objet Torchwood confectionné par Karine est un magnifique sac en toile à l'effigie de notre équipe d'investigation préférée qui sera parfait pour transporter mes livres :-) :



En parlant de livres justement, il y en avait cinq ! Et Karine a réussi le tour de force de ne m'offrir que des choses susceptibles de me plaire – qui a déjà essayé de m'offrir des livres sait à quel point c'est une entreprise casse-gueule. Elle a pris en compte tout ce que j'avais indiqué dans le questionnaire, c'est une swappeuse formidable :-). Elle a donc sélectionné deux romans Torchwood, Almost Perfect et Skypoint, que j'avais très envie de lire. D'ailleurs j'ai commencé Almost Perfect dès hier soir, décidant spontanément qu'une soirée au chaud en compagnie du Captain était bien plus passionnante qu'une fête organisée à mon institut à laquelle j'ai déjà participé countless times et qui m'aurait forcée à sortir par un temps de cochon pourri qui pue du groin. Mais je m'écarte du sujet... Comme Jack serait tout tristoune sans le Docteur, Karine a aussi mis un roman Doctor Who, Beautiful Chaos, choisi spécialement parce qu'il met en scène le grand-père de Donna, l'un de mes personnages préférés :-). A ce programme déjà copieux, elle a ajouté Sense and Sensibility and Sea Monsters, auquel je réserve une place de choix dans mon cabinet des curiosités littéraires, ainsi qu'un roman de science-fiction québécoise, Les Voyageurs malgré eux d'Elisabeth Vonaburg, que je ne connaissais pas du tout mais qui m'intrigue fortement, m'étant mise récemment avec le plus grand bonheur à la littérature québécoise. Ces alléchantes lectures étaient également accompagnées de plusieurs marque-pages Torchwood/Doctor Who, une excellente initiative étant donné que je suis chroniquement en manque de marque-pages ;-).



Comme objet ayant traversé le temps, Karine m'a envoyé un éteignoir à chandelle – avec deux bougies pour m'entraîner –, objet qu'elle associe fortement à des souvenirs d'enfance. C'est donc tout autant un ustensile au charme fou d'une époque révolue qu'une histoire très personnelle qu'elle me confie là: merci beaucoup !



Côté friandises – un sujet encore plus casse-gueule que les livres –, Karine a fort judicieusement opté pour axes principaux: thé, chocolat et sirop d'érable. Autant dire en plein dans le mille ! J'ai goûté le délicieux thé à l'érable dès hier et vais me garder le thé noir aux épices pour Noël et le thé vert aux bleuets (j'adore les myrtilles !), qui sent divinement bon, pour le printemps.



Le chocolat a malheureusement un peu souffert durant le transport même si cela aurait pu être bien pire si l'on considère les péripéties auxquelles le colis a survécu. Les petites cuillères en chocolat – une seule d'entre elles a perdu la tête – sont tellement jolies que j'hésite à les manger. Quant à la mappemonde en chocolat, c'est une idée merveilleuse, même si la plaque asiatico-océanique s'est découvert des tendances séparatistes en cours de route (elle se fera dévorer en premier, et toc ;-)). Mais je crois que là où Karine a fait le plus fort, c'est avec La palette à Paul. Cette petite tablette de chocolat à l'effigie d'un personnage de bande dessinée n'a pas cessé de me faire rire et sourire hier, je n'arrêtais pas de répéter „la palette à Paul, la palette à Paul“ au geekus favoritus un tant soit peu paumé parce que ne parlant pas français et à qui donc la beauté de la chose échappait complètement. La palette à Paul, aaahhhh ! Oui je sais, un rien m'amuse, même la plus basique des allitérations et l'une des variantes lexicales les plus transparentes du français québécois... C'est comme le nom si poétique de la chocolaterie où Karine a été faire ses achats: Bon délices et péchés ! Fantastic !



Dernier groupe de friandises au combien canadiennes: les bonbons au sirop d'érable. Il y a les petites feuilles au sirop cristallisé, trop mignonnes dans leurs godets en papier rouge pour être mangées tout de suite, les grains de sirop que j'incorporerai dans un dessert (en déco sur une mousse au chocolat par exemple) et les jolis bonbons ambrés, à sucer très lentement tellement ils sont bons :-).



Je remercie infiniment Karine pour ce so brilliant colis. Ma chère, tu as tapé juste sur toute la ligne :-D. Merci aussi, ainsi qu'à Fashion, d'avoir organisé de main de maître ce formidable Doctor Swap, introduction pour moi plus qu'enthousiasmante à l'univers des swaps. Sur ce, je vais aller me faire un thé et me replonger dans les aventures du Captain ;-).


(Page 1 de 1 sur 2 billets au total)